La vente en viager

La vente en viager est avant tout un placement financier qui peut se révéler très intéressant pour le vendeur. Cependant, cette solution peut également être très risquée. Cette solution présente des avantages certains, mais aussi des inconvénients.

Le fonctionnement

Lorsqu’une personne vend en viager, elle va toucher une rente à vie par l’acquéreur (débirentier). Ainsi, tant que le crédirentier (vendeur) est en vie, le débirentier doit lui payer une rente. C’est pourquoi les crédirentiers sont des personnes âgées.

Les caractéristiques

La vente en viager permet différentes caractéristiques. En fonction du contrat négocié entre le débirentier et le crédirentier ces caractéristiques vont plus ou moins différentes. Ainsi, il faut savoir que c’est un placement fiscalement avantageux. En effet, si le vendeur à moins de 69 ans, il perçoit un abattement de 60 % de l’impôt sur le revenu en ce qui concerne la rente annuelle. Dès 69 ans, cet abattement passe à 70 %.

De plus, le crédirentier a la possibilité de rester vivre dans son bien immobilier tout en percevant une rente. De même, il peut également louer ce dernier et en percevoir le loyer si le débirentier est d’accord.

Poursuivre votre lecture

L’usufruit

Qu’est-ce que l’usufruit ? Constituant un élément essentiel de notre société, la propriété représente le droit que possède une personne sur un bien, lui permettant de l’utiliser, d’en percevoir les fruits, ou encore d’en disposer comme il lui convient, distinguant ainsi trois aspects, que le droit désigne respectivement par les appellations latines « usus », …

La vente viagère en cas de décès

Dès que le vendeur décède, le viager s’arrête aussitôt. Cependant, si c’est l’acquéreur qui décède, viager doit normalement continuer. Le viager est en quelque sorte un pari sur la durée de vie de celui qui va vendre son bien immobilier. Le vendeur décède La vente en viager oblige débirentier (acheteur) à payer une rente (mensuelle …