Le bouquet

Le bouquet, un élément important de la vente en viager

Pouvant constituer une manière intéressante de procéder à l’acquisition d’un bien immobilier, le viager offre un certain nombre d’avantages, permettant, en effet, au vendeur, de continuer à jouir de l’immeuble vendu, jusqu’à son décès, tout en bénéficiant d’une source de revenus supplémentaires, et à l’acquéreur, d’échelonner les paiements dans le temps, tout en ayant une chance de ne payer qu’un prix limité.

Constituant un élément essentiel de la vente en viager, le prix du bien immobilier se trouve généralement divisé en deux parts distinctes, l’une, appelée le bouquet, représentant le capital que devra verser l’acquéreur, dès la mise en place du dispositif, la somme restant se trouvant alors versée, à échéances régulières, sous la forme d’une rente viagère, permettant ainsi de reconstituer le coût du bien immobilier.

Répondant généralement à un équilibre entre les besoins du vendeur, au jour du début de la vente en viager, et les capacités de l’acquéreur, l’existence et la détermination du montant du bouquet reste totalement libre, celui-ci ayant seulement, pour effet, de diminuer, par la suite, le montant des rentes à verser, permettant ainsi d’ajuster au mieux les diverses caractéristiques financières de l’accord.

Donnant généralement l’opportunité, au vendeur, de bénéficier des fonds nécessaires à la réalisation d’un certain nombre de ses projets, tels que des voyages, ou, tout simplement, de rembourser des dettes, le bouquet constitue un élément particulièrement important du viager, pouvant, en effet, grandement faire varier le montant des rentes et transformer un bon achat en mauvaise affaire, celui-ci devant ainsi faire l’objet de toutes les attentions.

Poursuivre votre lecture

Le vendeur est-il garanti de percevoir sa rente à vie lors d’une vente en viager ?

Et si le débirentier (l’acheteur) ne peut plus payer la rente, pour une raison ou une autre, le crédirentier (vendeur) peut-il faire face à cette situation sans être perdant. Il est conseillé d’inclure dans le contrat, lors de la vente viagère, deux garanties. Le privilège du vendeur La première garantie est le privilège du vendeur. …

La vente viagère en cas de décès

Dès que le vendeur décède, le viager s’arrête aussitôt. Cependant, si c’est l’acquéreur qui décède, viager doit normalement continuer. Le viager est en quelque sorte un pari sur la durée de vie de celui qui va vendre son bien immobilier. Le vendeur décède La vente en viager oblige débirentier (acheteur) à payer une rente (mensuelle …